Shoukry, Naglaa

B. Pharm., Ph. D.

Version imprimable
Naglaa Shoukry

Axe : Immunopathologie

naglaa.shoukry@umontreal.ca
514 890-8000, poste
 35235

Chercheur régulier

Professeure titulaire, Département de médecine, Université de Montréal

Professeure accréditée, Département de microbiologie et immunologie, Université de Montréal

Directrice, Unité de recherche en immunologie du foie, CRCHUM

Facebook
Twitter

LinkedIn

Mots-clés

Hépatite virale, Hépatite C, foie, fibrose hépatique, immuno-virologie, cellules T, cytométrie en flux.

Domaine de recherche

Environ 3 % de la population mondiale est infectée par le virus de l’hépatite C (VHC). La plupart des personnes exposées au VHC deviennent chroniquement infectées et développent des maladies chroniques du foie incluant le cancer. Malgré le développement récent d'antiviraux à action directe hautement efficaces contre le VHC, le virus continuera d'être un problème pour des millions de patients qui ne sont pas admissibles à recevoir ces traitements. Ces personnes non traitées continuent à transmettre de nouvelles infections par le VHC. Par conséquent, le besoin urgent d'un vaccin prophylactique efficace pour limiter la transmission du VHC. Le développement de vaccins est entravé par notre compréhension limitée de l'immunité protectrice contre le VHC.

Depuis son arrivée au CRCHUM en 2005, notre groupe a mis en place un programme de recherche translationnelle porté sur l'étude de l'immunité du VHC et de comprendre les mécanismes sous-jacents à l'échec de la réponse immunitaire innée et adaptative au cours de la majorité des infections par le VHC. En collaboration avec la Dre Julie Bruneau du CRCHUM, nous avons établi une cohorte unique de patients à différents stades de l'infection par le VHC avec une banque d’échantillons associés. Nous utilisons une combinaison de biologie cellulaire et moléculaire pour étudier les déterminants immunologiques et virologiques de l’ élimination du VHC directement sur des échantillons provenant de patients pendant des phases aiguës et chroniques de l’infection, des patients en traitement antiviral et les patients qui ont déjà éliminé une infection, mais qui sont toujours à risque de ré-infection. L'objectif à court terme de ce programme est de définir les déterminants d'une réponse immunitaire efficace contre le VHC, qui devrait être ciblée pour développer un vaccin. L'objectif à long terme est de définir les paramètres immunologiques pour un vaccin efficace ainsi que de développer des nouvelles cibles pour le vaccin et les stratégies thérapeutiques immunitaires.

Notre groupe s'intéresse également à la compréhension du rôle de la régulation immunitaire dans la progression de la fibrose hépatique et le développement du carcinome hépatocellulaire (CHC). En particulier, nous étudions les rôles complémentaires et parfois opposés de l'IL-17 et de l'IL-22 dans la fibrose hépatique et le CHC et les populations de cellules inflammatoires (Th17) versus régulatrices (Treg) en utilisant une approche translationnelle où nous utilisons des échantillons de patients, de modelés in vitro et des modèles de souris in vivo.

Les principaux projets de notre laboratoire à l'heure actuelle sont les suivants :

  1. Analyses transcriptomiques de la réponse immunitaire contre le VHC.
  2. Rôle de différentes sous-populations de lymphocytes T CD4 pendant l'infection aiguë par le VHC et la réinfection, en particulier la diaphonie entre différentes sous-populations de lymphocytes T CD4, les lymphocytes T CD8 et les lymphocytes B.
  3. Établir des corrélations sur la protection immunitaire lors d'une nouvelle exposition au VHC chez les utilisateurs de drogues injectables à haut risque (UDI) et l'identification des paramètres immunologiques protecteurs pouvant être utilisés comme référence pour mesurer l'efficacité des nouveaux vaccins VHC.
  4. Mécanismes immunologiques de la progression de la fibrose hépatique et au développement du cancer du foie.

Affiliations

Directrice, Réseau canadien sur l’hépatite C (CanHepC)