Faut-il offrir un traitement d’anticoagulation après un infarctus du myocarde?

Version imprimable

Publication en vitrine

Coeur

Guillemets

Le rôle de l’anticoagulation prophylactique après un infarctus de la paroi antérieure du myocarde (IM) avec dysfonction du territoire apical pour prévenir un thrombus ventriculaire gauche (TVG) et l’embolie de la grande circulation systémique (EGC) est un sujet controversé. Nous avons mené une revue systématique d’articles originaux révisés par les pairs pour évaluer les avantages de ces traitements. Dans un article paru le 21 septembre dernier dans Canadian Journal of Cardiology, nous démontrons que les études disponibles manquent de puissance statistique et sont hétérogènes. Il n’existe actuellement aucune donnée probante irréfutable qui est pour ou contre la combinaison de l’anticoagulation au traitement classique chez ces patients à l’ère de reperfusion moderne. Un essai à répartition aléatoire dont la puissance Guillemetsest adéquate est nécessaire pour répondre à cette question pertinente sur le plan clinique.


— 
Dr Brian J. Potter, cardiologue d’intervention et chercheur au CRCHUM

Lire l’étude

Lire l'éditorial

 

 


La rubrique Publications en vitrine vise à faire connaître les publications récentes des chercheurs et étudiants du Centre de recherche du CHUM (CRCHUM). Pour soumettre une publication, envoyez un texte vulgarisé de 120 mots, une illustration et l’article dont vous êtes l’un des auteurs à isabelle.girard.chum@ssss.gouv.qc.ca.