Le courage et la persévérance

Version imprimable

Vincent Poitout et Robert J. LefkowitzLa rencontre avec un récipiendaire du prix Nobel est toujours une expérience extrêmement enrichissante. Celle avec le Dr Robert J. Lefkowitz à l’occasion de la Journée scientifique 2015 du CRCHUM le 15 octobre dernier le fut à plusieurs égards.

Un mélange d’humour new-yorkais et de simplicité, une capacité intacte d’émerveillement pour la science, et un contact humain spontané et naturel. Nos échanges avec le Dr Robert Lefkowitz furent une leçon d’humilité. Lauréat du prix Nobel de chimie en 2012 pour la découverte des récepteurs couplés aux protéines G (RCPG), le Dr Lefkowitz nous a raconté une anecdote inspirante la veille de la Journée scientifique. J’ai évoqué cette histoire en le présentant lors de sa conférence du lendemain. Je vous la répète ici car c’est une belle leçon d’audace, de détermination et de courage.

Le Dr Lefkowitz est « Howard Hugues Investigator » depuis 40 ans. Il s’agit d’un titre très prestigieux réservé aux meilleurs chercheurs américains, assorti d’un financement de recherche attribué par l’Institut Howard Hugues pour un mandat de cinq ans. Cet organisme finance des chercheurs triés sur le volet non pas pour leurs projets de recherche spécifiques, mais pour leur approche novatrice. Le renouvellement est soumis à une revue par les pairs extrêmement sévère. Le fait d’avoir reçu le prix Nobel ne facilite en rien l’évaluation, menée par un comité de 12 chercheurs tous membres de la National Academy of Sciences, dont quatre lauréats du prix Nobel. Le Dr Lefkowitz a déjà renouvelé son statut avec succès à sept reprises et il est le seul chercheur à détenir ce titre depuis 40 ans.

Cet automne, il a l’opportunité de faire un choix : soit il demande un dernier mandat sans revue de pairs, qu’il est assuré d’obtenir et qui lui donne trois ans de financement plein, puis deux ans de financement décroissant ; soit il se présente devant le comité pour un nouveau mandat régulier de cinq ans. À 72 ans et ayant obtenu un prix Nobel, il serait naturel de penser qu’il opte pour la première option, une forme de pré-retraite bien méritée. Et bien non ! Il se présentera devant le comité et prendra le risque de perdre son statut, pour tenter de poursuivre à plein régime ses activités de recherche pour une nouvelle période de cinq ans et peut-être au-delà. L’Institut Howard Hugues encourage ses chercheurs à prendre des risques, à explorer des avenues originales et à accueillir l’inconnu, même si cela signifie l’incertitude et le risque d’échec. Le Dr Robert Lefkowitz incarne cette approche mieux que quiconque, et le fait qu’il ose risquer de perdre un titre prestigieux et un financement garanti est en soi une belle leçon de courage et de détermination.

Ces valeurs, le Dr Lefkowitz les transmises à quelques générations de scientifiques, en s’impliquant dans la formation et le mentorat de jeunes chercheurs. Depuis 40 ans, il a formé dans son laboratoire de l’université Duke plus de 200 chercheurs, dont le Dr Brian Kobilka qui a partagé le prix Nobel avec lui, et des scientifiques de renom comme Michel Bouvier, directeur général de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie et Marc Caron, professeur de médecine James B. Duke au Duke Institute for Brain Sciences aux États-Unis. Lors de son passage au CRCHUM, le Dr Lefkowitz a pris le temps de rencontrer quelques étudiants. Et plus tard en soirée, à l’occasion du Grand Labo du CRCHUM, il a parlé de l’importance de prendre des risques pour aboutir à des découvertes importantes. Pour nous tous, membres de la communauté scientifique et pour les patients que nous servons, le Dr Lefkowitz nous rappelle la nécessité de garder bien vive cette curiosité contagieuse, cette audace de chercher plus loin qui caractérise les plus grands.

Suggestion de lecture
Dans cette chronique sur le mentorat récemment publiée dans The Journal of Clinical Investigation, le Dr Lefkowitz livre quelques clés du succès pour inspirer la prochaine génération de chercheurs. Son texte « Inspiring the next generation of physician-scientists » s’avère tout aussi rafraichissant pour les chercheurs d’expérience.

Vincent Poitout, DVM, PhD, FCAHS
Directeur du CRCHUM