Mot du directeur : Performer dans une période de transformations

Version imprimable

Jeudi 20 août 2015

Au cours de l’été, 12 chercheurs du CRCHUM ont obtenu une subvention des IRSC. Je tiens à féliciter toutes ces équipes qui ont réussi à s’illustrer dans le contexte particulièrement difficile du financement de la recherche publique.

Nous sommes tous préoccupés, à juste titre, de l’impact de la réforme des programmes ouverts des IRSC. À l’échelle nationale, le taux de succès au premier pilote du Volet Fondation était d’à peine 11% et au concours ouvert de transition de moins de 15%. Plusieurs chercheurs m’ont exprimé leur inquiétude à ce sujet et me questionnent sur la stratégie de la direction de la recherche pour affronter cette situation.

À court terme, nous avons lancé le programme de dépannage pour lequel nous avions, pour cette ronde, prévu une marge budgétaire nous permettant de remédier aux situations les plus périlleuses.

À moyen terme, nous devrons mener une réflexion collective sur la priorisation de nos programmes internes et nos choix budgétaires. Cette discussion devra également inclure un volet sur notre stratégie de recrutement et de soutien au développement de carrière de nos plus jeunes chercheurs. Comme vous le savez, le processus de nomination de la prochaine directrice ou du prochain directeur est à nouveau en marche, et il reviendra donc à la prochaine équipe de direction de piloter cette réflexion, avec les chercheurs, dès le début de l’automne.

À plus long terme, nous devrons repenser notre manière de concevoir nos programmes de recherche pour non seulement permettre à nos équipes de surmonter la période de transition, mais également nous adapter aux changements profonds des modalités de financement. La subvention de fonctionnement individuelle et entièrement financée par des fonds publics est clairement en voie d’extinction. Nous nous orientons de plus en plus vers des projets larges, des consortiums, des réseaux, des financements conjoints public-privé, et des impératifs de retombées tangibles en termes de commercialisation et/ou de transfert des connaissances. À titre d’exemples, je souligne les succès de Julie Bruneau à la tête du volet Québec et Maritimes de l’Initiative Canadienne sur l’abus de substances et de Naglaa Shoukry, qui a obtenu une subvention pour diriger le Réseau national de collaboration sur l’hépatite C. Je suis convaincu que notre centre de recherche hospitalier est très bien positionné pour obtenir d’autres subventions d’envergure et performer dans ce nouvel environnement. À cet égard, une réflexion stratégique en profondeur qui engage les chercheurs, l’hôpital, l’Université de Montréal, et les autres centres de recherche de notre réseau s’impose.

Enfin, nous devrons poursuivre nos efforts pour diversifier nos sources de revenus, notamment par la philanthropie. À ce propos, je vous encourage tous à solliciter vos contacts, entreprises privées ou donateurs potentiels, pour leur vendre des billets ou des tables pour Le Grand Labo 2015 qui est notre événement de levée de fonds majeur. Mireille Chalifour  pourra vous fournir toute la documentation nécessaire.

mireille.chalifour.chum@ssss.gouv.qc.ca
514-890-8000 poste 12964

Beaucoup de choses ont été dites et écrites dans les médias sociaux et la presse spécialisée sur la réforme des programmes ouverts des IRSC. J’ai particulièrement apprécié cette analyse  de Jim Woodgett, directeur de la recherche au Lunenfeld-Tanenbaum Research Institute à Toronto.

Je termine en vous souhaitant une belle fin d’été, en espérant vous retrouver tous en pleine forme à la rentrée, prêts à affronter avec énergie tous les changements qui nous attendent!

Vincent Poitout
Directeur du CRCHUM par intérim