Mot du directeur: À vos marques!

Version imprimable

Jeudi, le 23 avril 2015

Ce dimanche le 26 avril, nous serons nombreux à marcher ou courir au Parc Jean Drapeau pour collecter des fonds pour le CRCHUM. Je remercie chaleureusement tous ceux qui s’impliquent généreusement pour notre centre en participant à cet évènement.

Le Défi CRCHUM, c’est également une belle occasion de sensibiliser le grand public à l’enjeu du financement de la recherche. Notre centre de recherche dépend essentiellement de grands organismes publics, dont les Instituts de recherche en santé du Canda (IRSC), pour mener à bien des projets novateurs qui feront une différence pour la santé des patients et de la population.

Mais dans une course comme dans la recherche, rien n’est gagné d’avance. Face à la diminution constante du financement de la recherche, il est plus que jamais essentiel d’expliquer au public les bénéfices de la science. C’est pourquoi même si les dons collectés grâce au Défi CRCHUM représentent une goutte d’eau par rapport au coût de la recherche, chaque dollar investi par un ami ou un proche fait toute la différence, parce que c’est aussi un vote de confiance, un appui de nos actions et surtout, un encouragement tangible à poursuivre.

Le Défi CRCHUM est une épreuve sportive et caritative. Il existe une analogie certaine entre cet événement et nos programmes de recherche. Dans les deux cas, nous devons d’abord collecter des fonds. Pour le Défi, c’est en sollicitant nos proches, nos collègues, les membres de notre famille que nous récoltons de l’argent pour soutenir la recherche et offrir à notre personnel et à nos étudiants des programmes de formation. Cette année nous nous sommes fixés un objectif ambitieux : 110 000$. À l’heure où j’écris ces lignes, nous en sommes à plus de 74 000 $. Il reste quelques jours, continuons nos efforts ! 

Comme une carrière de recherche, une course à pied se prépare longtemps à l’avance. Après un long entraînement, on est enfin prêts à partir le jour de la course, ou le jour de notre premier emploi comme chercheur indépendant. On franchit la ligne de départ avec beaucoup d’excitation et une bonne dose d’appréhension. La course est longue, parsemée de moments de découragements. Un coureur nous dépasse ; on augmente le rythme. Les encouragements nous permettent d’accélérer ou au moins de ne pas ralentir. Dans les deux cas aussi, il s’agit d’une épreuve individuelle qui s’inscrit dans un objectif commun. 

Au Défi, nous courrons tous pour le centre. De même, l’ensemble de nos programmes de recherche est plus grand que la somme des projets individuels. Enfin, dans les deux cas nous partons pour gagner mais devons quelquefois affronter l’échec. Cela fait partie du jeu. Nous devons apprendre à l’accepter et à le dépasser. À ce propos, je vous suggère la lecture de cet éditorial intitulé « Coping with rejection » et  tiré du site Internet de la revue Diabetologia par son ancien éditeur en chef, Edwin Gale. 

Je vous souhaite une bonne marche ou une bonne course dimanche. Merci pour vos efforts et Go Habs Go ! 

Vincent Poitout
Directeur du CRCHUM par intérim